Matthieu Androdias and Hugo Boucheron in Quête de repères individuels en Pologne

For la régate de Coupe du monde de Poznan (Pologne) jeudi après-midi, les champions olympiques Matthieu Androdias et Hugo Boucheron ont choisi de délaisser le deux de couple pour le skiff. Une course qu’ils ne connaissent pas vraiment sur le plan international.

For the premiere fois depuis le triomphe des Jeux de Tokyo, Matthieu Androdias and Hugo Boucheron vont empoigner des pelles tricolores. Ce sera ce jeudi en fin d’après-midi à l’occasion des series de la régate de Coupe du monde de Poznan (Poland). More sur le lac Malta, the Olympic champions s’aligneront en skiff et pas dans leur cher deux de couple. « Ça fait des années qu’on se dit que ce serait intéressant de faire le skiff, de se frotter aux meilleurs de la disciplina pour essayer de lever nos niveaux individuelsexplains Matthieu Androdias. Et on avait arrêté la décision de beginr l’année comme ça il ya longtemps».

post-olympic depression

Totally exact, sauf que le chemin n’a pas été facile pour les deux Lyonnais. Tous deux ont été victims, à des grés différents, of the post-olympique depression that frappe souvent les sportifs une fois l’échéance des Jeux passées. Ce fut même plus sérieux pour Boucheron que a carrément posé les pelles pendant moreieurs mois, faisant l’impasse mi-avril sur les championnats de France bateaux court à Cazaubon. « In m’a retired toutes les contraintes, Raconte Boucheron pour explainer le chemin parcouru. Je faisais comme je voulais, hanging the period that je voulais. Je me suis aperçu au bout d’un temps que faire du sport le matin me permettait de passer une bonne journée, et que si je n’en faisais pas, j’étais d’humeur noire. Le plaisir est revenu assez naturellement. Je suis there à Cazaubon et ne pas participar m’a créé un manque ». Dès lors, Boucheron a repris “the usual cheminuel”.

Pour Androdias, ce fut un peu différent. Sacré champion de France à Cazaubon, his young father avait prior to returning to the international competition for a month in Essen (Germany). More to the issue of the preparatory stage on the Olympic Basin of Vaires-sur-Marne, it is now open that the form is not there and declared a ski pass. « On a felt that ça n’allait pas le faire et que ça ne servait à rien d’y aller pour prendre une placarte, raconte l’ancien Toulousain. Jurgen (Grobler, the skipper of l’équipe de France) ne m’a mis aucune pression. »

Le skiff, souvent délaissé par les français

Voilà donc les deux olympiques champions au départ d’une Course qu’ils ne connaissent pas vraiment au plan international, me si Boucheron rappelle qu’il finished quatrième des championnats d’Europe 2017 alone. In general, the skiff is never the prisé des Français who prefers jouer la carte collective du double or du quatre de couple. Il faut remonter à 1987 pour trouver trace d’un Bleu en finale d’un championnat du monde (Pascal Body in 1987).

Hugo Boucheron

« Je ne sais pas ce que ça va donner. Je fais des chooses pas mal à l’entraînement, j’ai beaucoup d’envie. Mais l’envie ne fait pas tout».

Les deux hommes sont bien en comb de dire ce qu’ils peuvent réaliser ce weekend en Pologne où ils retrouveront face à eux le Néerlandais Melvin Twellaar que figurait dans le double batave deuxième derrière eux à Tokyo. « Je ne sais pas ce que ça va donner, explain ainsi Boucheron. Je fais des chooses pas mal à l’entraînement, j’y vais avec un état d’esprit où j’ai beaucoup d’envie, mais l’envie ne fait pas tout ».

« Il n’y a pas de grands noms, Androdias Tailings, mais ce n’est pas tant une place que l’on vise, c’est travailler dans un contexte assez relevé. In a quatre parcours à faire, ça amène une gestion particulière. Il faut doser are effort pour griller le moins de cartouches possible before the important courses. »

A discipline that needs beaucoup d’experience

Boucheron and Androdias rameront également en skiff le mois prochain à Lucerne (Switzerland, 8-10 juillet) avant de retrouver normally leur deux de couple pour les championnats d’Europe (11-14 août à Munich) et du monde (18-25 septembre a Racece, République cheque). À moins que l’un ou l’autre n’explose tout solo. More for a discipline that needs beaucoup d’expérience et une grande form, ce n’est pas nécessairement l’hypothèse la más plausible pour deux athletes who don’t fail quelques impasses sur le travail foncier cet hiver.

Quand on leur demande si cela ne risque pas de leur manquer pour les Mondiaux, où les frères Sinkovic (champions olympiques 2016 en deux de couple et 2021 en deux sans barreur) feront leur retour, les deux hommes font preuve de sérénité. « On a des automatismes en double que sont très forts et je thought qu’on peut être compétitif en September »Androdias sums it up. Ça reste un enjeu bien lointain. Et plus important que celui de ce weekend. À moins de bonnes surprises…

lira also

Toute l’actualité de l’aviron

The finals of the Coupe du monde de Poznan will be suivre dimanche from 10:05 am on L’Équipe live.

Leave a Reply

Your email address will not be published.